Femmes et cannabis : un secteur encore trop masculin

Pourquoi dans les subconscients, une maman qui fume est complètement irresponsable alors que ça donne un côté cool au papa?

En ce mois de mars où le 8 représente la journée de lutte internationale pour les droits des femmes, parlons de femmes et de cannabis ! Parce qu’il ne faut pas se leurrer, c’est un secteur qui reste majoritairement masculin et où les stéréotypes de genre dans la consommation de cette plante sont aussi nombreux que les remarques sexistes aux repas du Dimanche.

Pourtant, les femmes fument et consomment du cannabis autant que les hommes. Ce sont nos images mentales qui doivent changer.

Dans cet article on parle donc de deux choses :

– des différences dans la consommation de weed entre les femmes et les hommes

– les problématiques liées au fait que l’industrie du cannabis soit encore si masculine.

Prêt·e ? C’est parti !

Mettons les pieds dans le plat (ou dans le pot) tout de suite.

Des stéréotypes de genre dans la consommation du cannabis

Ce qui est cool (non) c’est que les stéréotypes de genre nous suivent partout, même dans les raisons qui poussent les femmes à consommer du cannabis. Va pas t’imaginer une meuf complètement stone avec des dreads, même si je sais, les préjugés liés au cannabis ont la vie dure.

Bref, les femmes qui consomment du cannabis, (en fumette, en gummies, CBD ou autres), le font de manière genrée. J’texplique. (Et ouais, le CBD est bien légal en France.)

Faire baisser son anxiété

Si tu connais notre Rooibos au CBD, tu sais qu’il a une action anxiolytique naturelle grâce aux molécules destressantes présentes dans le cannabidiol. Parfait pour se relaxer avant d’aller retrouver Morphée.

Et c’est une des utilisations phares du CBD par les femmes : réussir à se détendre, mieux dormir ou encore gérer les moments d’anxiété intense.

Un stress naturellement plus élevé chez les femmes que chez les mecs ? Non non, juste le résultat d’une société qui les éduque à toujours penser aux autres (la charge mentale tu connais).

Et aussi, ça fatigue et ça stresse de devoir faire des repas tous les dimanches face à tonton Roger qui sort des inepties.

Réduire les troubles liés aux règles avec le CBD

Toutes les personnes menstruées privilégient le cannabis bien-être (aka le cbd) pour gérer les troubles liés aux règles.

En même temps, quand on sait que le cannabis aide grandement à :

soulager les douleurs liées aux règles ou à l’endométriose

réduire l’état dépressif, les sautes d’humeurs et des sensibilités à la poitrine induits par le syndrôme prémenstruel (SPM)

– faire face aux changements hormonaux liés à la ménopause

Ce qui aide à faire face à tout ça c’est le système endocannabinoïde (SEC). Il permet de conserver l’équilibre des autres systèmes physiologiques et notamment le système reproducteur.

Pas de panique, pas besoin d’être comme ça une semaine par mois pour aller mieux.

D’une manière générale, les femmes et minorités de genre vont consommer du cannabis dans une optique bien-être pour une meilleure hygiène de vie plutôt que récréatif.

Le cannabis : un secteur majoritairement masculin

Le cannabis, en plus de faire face à de nombreux stéréotypes reste un secteur majoritairement masculin. Comme d’habitude dès qu’il y a de l’argent à se faire tu me diras.

En France, il existe peu d’études sur le sujet car le cannabis récréatif n’est pas légalisé, mais chez nos potos du Canada, on voit pas mal d’écrits qui parlent des femmes qui montent des entreprises de cannabis pour les femmes. Et c’est une bonne chose.

Changer les représentations c’est ouvrir les consciences et faire bouger les lignes en termes d’égalité.

Par exemple, parmi les entreprises américaines dans le cannabis, 8 % sont dirigées par des femmes. Ça peut paraître peu mais quand tu sais que seulement 4,8 % des 500 plus grosses entreprises du monde ont des femmes à leur tête. C’est aussi peu que le nombre de fois où ton crush te répond à 3h du mat’.

Plus de femmes qui créent des entreprises dans le cannabis bien-être, ou récréatif pour les pays qui l’autorisent, ça bouscule les stéréotypes et questionnent les lois et les normes.

Car en Amérique, il arrivait parfois que les services sociaux retirent les enfants des mères qui travaillent dans le milieu alors qu’ils n’agissaient absolument pas de la même façon pour les pères.

Reefer = la weed.

L’ambition de Marie Janine dans le domaine du cannabis en France ?

Avec un univers féminin décomplexé et assumé, Marie Janine compte bien faire bouger les mentalités autour de cette plante et s’imposer comme une référence dans une nouvelle manière de consommer le cannabis et le CBD. Ouais, rien que ça ! Faut rêver grand qu’on a dit.

Eduquer, déstigmatiser et proposer des produits de qualité et qui ont du sens autour du chanvre, c’est ce qui me motive chaque matin au réveil.

Tu veux découvrir le CBD autrement? Direction le shop en un clic ici.